Photos et vidéos

 

Ça tourne pas rond

 

Piano et arrangements : Jean-Jacques Marin – Mise en scène : Lulu Berthon
Costumes : Lulu Berthon et Anita Covelli – Création lumière : Lulu Berthon
Durée du spectacle : 1h10

 

Inspirée par les chansons de cabaret du siècle dernier et par l’univers féminin, Anita Covelli voulait réunir son expérience de femme et de chanteuse comédienne dans un spectacle s’adressant à tous les adultes, jeunes ou moins jeunes.

 

Pourquoi avoir choisi ces « vieilles » chansons ?

 

Parce qu’elles montrent merveilleusement la femme et ses facettes, qu’elles sont drôles, émouvantes, poétiques, sensuelles, troublantes, exaltées… !

Parce qu’il était passionnant de marcher dans les pas de celles qui les ont créées avec talent et personnalité, comme par exemple Yvette Guilbert, Marie Dubas, Mireille ou encore Yvonne Printemps…

 

28       12        Anita Covelli chapeau J'ai 2 amants

 

Synopsis

 

Le pianiste se présente seul en scène, dans un décor minimaliste – une table, une chaise, quelques affaires de femme posées sur un portemanteau. Il salue, balaye une poussière puis s’installe cérémonieusement à son piano. Très inspiré, il pose ses mains sur le clavier et entame les Gymnopédies de Eric Satie, rapidement interrompu par une chanteuse espiègle, taille fine, tablier et jupe à volants…

Bon gré mal gré, il l’accompagne dans sa chanson légère et dès lors sera happé par le tourbillon des autres qui suivront. Les autres chansons, les autres femmes et les fragments de vie qu’elles incarnent.

 

JJ et Anita d' Etats de Femme         Photo Anita Covelli chapeau       13

 

Les personnages

 

Lui : son personnage est identifiable immédiatement, un peu vieille France avec un charme et un quant-à-soi très British. Imperturbable. En apparence !

 

Elle : ses personnages évoluent dans le temps tout au long du spectacle, en passant par la jeune première, femme du monde ou de petite vertu, gamine écervelée, concierge…

 

Dénominateur commun : l’intemporel féminin…

 

L’on retrouve entre elle et lui toute la complexité des rapports hommes / femmes, parsemés d’amour, d’amitié, d’admiration, de rejet ou encore d’ignorance feinte…


 

2         20         Anita Coveli L'éloge des vieux     

 

Le mot du metteur en scène 

 

Imprégnée par le théâtre « de corps » et en tant que chanteuse et chef de chœurs, je suis convaincue du lien intime qui existe entre le corps et la voix.
Le projet d’Anita Covelli rentrait totalement dans mon axe de travail, de plus, ce fut une belle rencontre qui a confirmé mon désir de m’impliquer dans cette création.
Les chansons choisies, bien qu’écrites au siècle dernier, sont tout à fait intemporelles. Il était passionnant d’en explorer les sentiments et de porter à la scène l’ambiance qui s’en dégage avec force aujourd’hui encore…
Autour d’une grande liberté dans les arrangements musicaux, nous avons cherché la sonorité des mots, les différentes couleurs de la voix et du jeu. Naturellement, nous avons joué sur l’ambivalence entre femme enfant et sensualité, force et fragilité, finesse et exaltation.
Toutes les femmes qui apparaissent dans ce spectacle ont de la fantaisie et de la tourmente ! Ce fut un réel plaisir de les mettre en lumière.”

 

    15                    18                     30